Le cognac à voir et à boire

Si les atlas du vin ne manquent pas à l’appel, avec chaque fin d’année une déferlante de pages copieusement illustrées d’idylliques paysages de vignes à perte de vue, il est assez rare de voir autre chose de Cognac que des images de sa boisson homonyme, dans des mises en scène aux allures de nature morte allant de la barrique au verre en passant par l’alambic. C’est ici tout autre chose que nous proposent Michel Guillard, grand spécialiste du sujet, et Gilles Bernard, éminent géographe, à travers une approche à la fois paysagère, viticole, architecturale, voire presque poétique, avec une lecture objective et subjective de chacun des six crus de l’appellation.

» A LIRE AUSSI : Hennessy met en vente deux dames-jeannes légendaires de cognac à 600 000€

Lire le paysage

«La carte de Cognac est un palimpseste», nous confie Michel Guillard. Une figure littéraire qui sied plutôt bien à ces cercles concentriques qui délimitent Grande et Petite Champagne, Borderies, Fins, Bons et Bois ordinaires… Une mise en abyme géographico-émotionnelle qui touchera à la fois fins connaisseurs et parfaits néophytes, notamment à travers ce touchant chapitre final où vignerons et vigneronnes ont été invités à photographier et commenter la plus belle partie de leur domaine. «Nous avons voulu lire le paysage dans sa verticalité, son épaisseur, et faire découvrir au grand public une région magnifique que beaucoup de gens ignorent encore», poursuit l’auteur. Il est vrai que la région jouit encore aujourd’hui d’une aura inversement proportionnelle à sa superficie, davantage à l’étranger qu’en France, où elle reste étonnamment sous-cotée. Du moins pour le moment, puisque l’espoir d’un prochain classement au patrimoine mondial de l’Unesco pourrait bien lui donner la place qu’elle mérite dans le cœur des Français. En attendant, voilà un livre à lire à côté du sapin, un verre d’Extra Old à la main. 

Les Paysages du Cognac, de Gilles Bernard et Michel Guillard, éditions Inventaire des territoires, 272 p., 45€.

La rédaction vous conseille : 
» Le chai flottant de la maison Ferrand : lorsque cognac et rhum vieillissent sur l’eau
» Notre sélection de cinq cognacs uniques en leur genre
» Rencontre avec Mathieu Sabbagh, dernier bouilleur ambulant de Bourgogne

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes