Le déjeuner du dimanche de… Nathalie Helal

«Ce jour-là, ce n’est pas très original, mais j’aime cuisiner pour la famille des plats de tradition.»

Pourquoi la notion de terroir associée à la capitale et à sa région reste-t-elle souvent dans l’ombre? Un angle mort sur lequel Nathalie Helal, auteur d’une trentaine de guides, livres de cuisine et essais sur l’histoire de la gastronomie, apporte un formidable éclairage dans Le Goût de Paris et de la région Île-de-France *. Cresson de Méréville, poires de Groslay, beurre de Vanves… tracent une géographie gourmande à redécouvrir, notamment à l’occasion de la préparation du déjeuner dominical. «Ce jour-là, ce n’est pas très original, mais j’aime cuisiner pour la famille des plats de tradition, confie-t-elle. Un potage, un filet de bœuf, ou une blanquette de veau, ou un pot-au-feu, et la tarte aux pommes de ma grand-mère avec cette odeur de cannelle qui monte du four…»

Ses courses la mènent chez les mêmes commerçants «parce que fidélité et confiance sont essentielles». Citons, la ferme du Luteau, la boucherie Boulay, la poissonnerie Les Embruns bretons à Boulogne-Billancourt… Partager ses…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 30% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes