Le Golfe persique à l’heure de la détente

Guidés par leurs intérêts économiques, l’Arabie saoudite et ses voisins s’efforcent de tourner la page de leurs disputes.

Après des années de tensions, l’heure est à la détente entre monarchies du Golfe, qui doivent se réunir en sommet à la mi-décembre en Arabie saoudite. Ces derniers jours, une série de visites entre leaders qui entretenaient des relations difficiles, voire même parfois hostiles, ont eu lieu dans plusieurs capitales de la péninsule arabique.

La plus marquante est celle qu’a entamée mercredi au Qatar, le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman, la première depuis que l’homme fort de l’Arabie surnommé MBS a pris les rênes du royaume.

Elle intervient onze mois après que le Qatar et l’Arabie ont enterré leur hache de guerre. En 2017, Mohammed Ben Salman, poussé par son allié émirien le prince héritier Mohammed Ben Zayed, avait un peu hâtivement imposé un embargo terrestre et aérien à leur minuscule voisin qu’ils accusaient d’être trop proche de l’Iran, de financer le terrorisme et de soutenir l’islam politique, incarné par les Frères musulmans. Habilement, le Qatar, grâce à son renforcement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes