Le Japon calibre son soutien à Taïwan

L’archipel craint de se retrouver en première ligne en cas d’offensive chinoise contre l’île démocratique.

«Si la Chine veut vraiment “libérer” Taïwan, elle ne peut pas se contenter d’attaquer son front ouest ; elle doit aussi attaquer à l’est et neutraliser les forces américaines basées au Japon. Ce qui veut dire que le Japon sera non seulement impliqué mais attaqué. Ne vous y trompez pas: c’est très grave. Et personne ne veut en parler. Et c’est pour cela que j’en parle»: ce 20 janvier 2021, un frisson glacial parcourt les journalistes venus écouter Kunihiro Miyake.

Ce conseiller diplomatique du gouvernement japonais vient d’évoquer dans les termes les plus clairs ce qu’impliquerait, pour son pays, une tentative d’invasion militaire de Taïwan par la Chine. Pour lui, le Japon sera un acteur majeur dans cette opération. Qu’il le veuille ou non.

Pour le Japon, ce conflit potentiel à ses portes (sa pointe ouest, l’île de Yonaguni, n’est qu’à cent kilomètres de Taïwan) est davantage qu’un problème géopolitique: un cas de conscience, tant les deux pays sont proches. Dans une Asie du Nord-Est où ses

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes