Le Liban à nouveau face au spectre de la guerre civile

RÉCIT – Des échanges de tirs ont fait au moins six morts en marge d’une manifestation organisée par les mouvements chiites Hezbollah et Amal contre le juge en charge de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth.

À Beyrouth

«C’était l’apocalypse», témoigne une habitante de l’avenue Sami el-Solh, dans le quartier de Tayyouné, à la sortie sud-est de Beyrouth, sur l’ancienne ligne de démarcation de la guerre civile. «Jusqu’en milieu d’après-midi, on entendait des détonations, des tirs de mitrailleuse et même l’explosion sourde de roquettes. Je me suis calfeutrée dans ma cuisine pour attendre que ça se calme.»

Ce qu’évoque cette mère de famille terrorisée, c’est la manifestation organisée dans la matinée du jeudi 14 octobre par le Hezbollah et le mouvement Amal. Le cortège, au sein duquel se trouvaient de nombreux hommes lourdement armés et cagoulés, a très vite dégénéré en affrontements armés. «Un manifestant est tombé blessé à mort par ce qui semble être un tir de sniper. C’est alors que tout a dégénéré», relate une avocate dont le bureau se situe à l’épicentre des affrontements.

Pendant plusieurs heures, des civils ont tenté de fuir les combats, l’armée et la défense civile se contentant, au moins dans

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes