«Le vin ne doit pas être une équation à résoudre»

C’est avec une modestie presque émouvante qu’André Terrail nous parle de son amour pour le vin, lui qui est aujourd’hui à la tête du groupe familial la Tour d’argent, dont les caves légendaires étaient déjà connues dès la fin du 19ème siècle comme les plus prestigieuses d’Europe. S’il accompagne très tôt les sommeliers de la maison dans les vignes, il reconnaît avoir longtemps été dépassé par ces milliers de flacons sommeillant dans la pénombre. Et on ne saurait lui en vouloir d’avoir même été parfois «quelque peu blasé», lui qui côtoie depuis son plus jeune âge la fine fleur de la sommellerie française. «Avec une telle cave, je n’ai jamais vraiment pris le temps de me constituer la mienne. Mais durant la crise sanitaire, j’ai pu enfin prendre le temps nécessaire pour y penser et m’y atteler». Une période qui va modifier son appréhension du sujet : «Quand on achète du vin pour soi, on apprend beaucoup plus vite, on construit un jugement, on fait des erreurs». A ce jour, il dispose en cave d’une collection d’environ 600 bouteilles qui évolue en permanence, avec des vins naviguant entre réputation et mérite, grands domaines et trésors plus confidentiels. «Je n’aime pas les vins complexes. Un vin, ce doit être avant tout une histoire, pas une équation à résoudre. C’est au vin de vous faire vivre une émotion» affirme-t-il calmement, avant de se lancer avec enthousiasme dans la description de ces cinq cuvées coups de cœur du moment. 

Champagne de la Tour d’Argent – Cathelin blanc de blancs 1996
Champagne
Prix : 87€

1996, sans doute l’année du siècle en Champagne, avec ici la cuvée de la maison, très peu dosée, et une capacité de garde exceptionnelle. «C’est un grand chardonnay, à la fois long et joyeux, aux arômes invitants de pomme cuite et de noisette, qui peut se boire à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il ne faut jamais regretter de l’ouvrir».

Disponible à la Petite Epicerie de La Tour d’Argent et à La Grande Épicerie du Bon Marché à Paris 

Zind-Humbrecht – Riesling Clos Saint Urbain Rangen de Thann 2007
Alsace Grand Cru Rangen Alsace
Prix : à partir de 88€

Un riesling issu de parcelles situées sur un versant volcanique, vinifié par le célèbre biodymamiste Olivier Humbrecht. «C’est un très grand vin, signé d’un vigneron fantastique, chaleureux, une cuvée faite de contrastes, à l’image du personnage, avec beaucoup d’émotion, et une vibration exceptionnelle. Un véritable tourbillon dans le verre». 

Disponible sur les sites de ventes aux enchères

» À LIRE AUSSI : Les cinq cuvées coups de cœur de Matthias Marc, chef du restaurant Substance, à Paris

Domaine Jean-Marc Vincent Santenay les vignes denses 2019
Santenay Bourgogne 
Prix : à partir de 31€

Un domaine conduit en agriculture raisonnée, produisant ce superbe chardonnay aux notes d’agrumes, doté d’une longueur exceptionnelle, qui mérite toutefois quelques années de garde. «Ce qui est merveilleux avec les grands blancs, c’est qu’ils sont merveilleux dans leur prime jeunesse, avant de passer par une phase d’instabilité, et il faudra attendre pour les retrouver plus tard, toujours aussi frais et joyeux qu’au départ».

Disponible sur les sites de ventes aux enchères

Cellier Saint-Benoît Pupillin – Ploussard Côte de Feule 2019
Arbois-Pupillin – Jura
Prix : 35€

Un pur poulsard jurassien n’ayant rien à envier à un Vosne-Romanée, vinifié par le jeune Benjamin Benoît, dont les cuvées ont convaincu les sommeliers de la Tour. «Ce que j’aime dans ce vin, c’est cette fraîcheur, ce goût du 21ème siècle, sa grande buvabilité. Un vin doit se boire facilement, qu’il soit grand ou petit, et l’on trouve dans celui-ci une finesse, une légèreté, quelque chose de très limpide». 

Disponible en ligne sur lechai

Vieux Château Certan 1986
Pomerol – Bordeaux 
Prix : à partir de 130€

Un merlot à ne pas boire trop tôt, auquel il faudra laisser quelques années pour s’affirmer. «J’ai acheté cette cuvée aux enchères, et on réalise ici que le Bordeaux bashing n’a aucun sens. Ce vin a une véritable finesse, une présence extraordinaire, avec des caudalies que l’on ne parvient même plus à compter. On le boit avec autant de plaisir qu’un verre d’eau après le sport !».

Disponible sur les sites de ventes aux enchères

La rédaction vous conseille : 
» Les cinq cuvées coups de cœur d’Emmanuel Renaut, chef triplement étoilé du Flocons de sel, à Megève : «Le vin se bonifie avec les gens»
» Les cinq cuvées coups de cœur de Philippe Mille, chef doublement étoilé des Crayères, à Reims
» Les cinq cuvées coups de cœur d’Adrien Cachot, ex-finaliste de Top Chef en résidence au Perchoir, à Paris

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes