les acteurs économiques jouent sur les deux tableaux en Irlande du Nord

Les industriels comme les agriculteurs nord-irlandais espèrent gagner sur les deux tableaux: commercer avec fluidité avec le reste du Royaume-Uni et bénéficier de l’accès au marché européen.

Envoyé spécial à Belfast (Irlande du Nord)

Le Figaro

Derrière le Brexit, se profile l’inquiétante «maladie des taches noires». L’Union européenne a imposé une surveillance très stricte des fruits importés d’Afrique du Sud, où le champignon qui grêle citrons et oranges est particulièrement actif. Et s’inquiète de l’importation de fruits moins contrôlés par le Royaume-Uni depuis le Brexit, via l’Irlande du Nord qui garde l’accès au marché intérieur de l’UE.

Pour Seamus Leheny, directeur de UK Logistics, cet exemple montre que les problèmes soulevés aujourd’hui par le protocole nord-irlandais peuvent être résolus de manière très simple. «Les Européens s’alarment qu’une orange à points noirs arrive à Belfast pour finir par atterrir à Berlin ou Milan, mais il suffit de décider de ne pas importer d’agrumes d’Afrique du Sud en Irlande du Nord, ou de le faire via Dublin. Nous sommes prêts à nous adapter à de nouvelles mesures, mais il faut minimiser les coûts». Ce spécialiste de la logistique fait remarquer

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes