Les clés pour comprendre Nord Stream 2, le chantage gazier

DÉCRYPTAGE – En déclarant que le gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à l’Allemagne, ne serait pas «mis en service» si Moscou attaquait l’Ukraine, Joe Biden a cru trouver un moyen de pression sur le Kremlin. Sauf que ses affidés européens dépendent totalement du gaz russe…

1/ La dépendance énergétique de l’UE

Dans son bras de fer actuel avec le camp occidental, Vladimir Poutine possède un atout majeur. Il contrôle le territoire qui détient les plus grandes réserves de gaz au monde. Avec 20 % du marché, la Russie est également le deuxième producteur de la planète (talonnant les États-Unis) ; 40 % du gaz importé par les pays de l’Union européenne (UE) provient du fournisseur russe. Une dépendance qui grimpe à 55 % pour l’Allemagne, qui a renoncé au nucléaire et souhaite se débarrasser progressivement du charbon. Cet hydrocarbure vital pour nos économies est acheminé par trois principaux gazoducs: le Brotherhood (via l’Ukraine), le Yamal-Europe (via la Biélorussie) et le Nord Stream 1, qui transite par la mer Baltique sur 1230 kilomètres. Ce dernier a été récemment doublé par le Nord Stream 2, dont les travaux sont achevés mais qui n’a toujours pas été mis en service. Le Nord Stream 2 permettra de fournir 55 milliards de m3 supplémentaires par an à l’Europe. Le projet (estimé à 10 milliards d’euros)…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes