les crimes de Pinochet en toile de fond

DÉCRYPTAGE – Alors que le Chili s’apprête à choisir son nouveau président, issu de toutes les gauches ou toutes les droites, son douloureux passé refait surface.

Viña del Mar et Santiago

La vie de Marta, la cinquantaine pimpante, et de son fils Edgardo, 19 ans, a radicalement changé le 27 octobre 2019. Ce jour-là, les émeutes contre la vie chère – déclenchées par la hausse du ticket de métro à Santiago – et pour une nouvelle Constitution font rage. Edgardo veut manifester son mécontentement. Il quitte alors la modeste maison familiale aux briques rouges du sud de Santiago située au cœur de la Victoria – un quartier sensible réputé pour son activisme de gauche.

Lors d’affrontements avec la police, Edgardo est touché à l’œil gauche par une bombe lacrymogène lancée par les forces de l’ordre. «Je pleurais parce que j’avais peur de perdre la vue», se souvient-il. Aujourd’hui, il garde de sa blessure une tache noire dans l’œil, dit-il, un décollement de la rétine et une baisse de la vision. Sa mère, Marta Valdés, crée la coordination des victimes de traumatisme oculaire. Elle et la fondation Los Ojos de Chile (les yeux du Chili) chiffrent à plus de 500…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes