Les drones, vecteurs de la puissance turque

DÉCRYPTAGE – Galvanisé par ses succès militaires en Libye et dans le Haut-Karabakh, le président Recep Tayyip Erdogan démultiplie les contrats de vente d’engins sans pilote pour élargir sa sphère d’influence.

Correspondante à Istanbul

C’est le nouveau dada d’Erdogan. Une arme à la fois économique et stratégique sur laquelle il cherche à capitaliser. Galvanisé par ses succès militaires en Libye et dans le Haut-Karabakh, le président turc démultiplie les contrats de vente de drones pour élargir sa sphère d’influence. Après l’Azerbaïdjan, l’Ukraine, la Pologne ou encore le Maroc, c’est au tour du Kirghizistan de s’intéresser à ces petits engins volants sans pilote. Lors d’une allocution devant la presse, vendredi 22 octobre, le chef du comité d’État pour la Sécurité nationale, le général Kamchibek, a indiqué avoir passé une commande de drones armés Bayraktar TB2 à Ankara.

L’Afrique, où le chef de l’État turc vient d’effectuer une tournée, pourrait également constituer un débouché de taille pour ses exportations. Le journal progouvernemental Daily Sabah indiquait récemment que «la Turquie a étendu l’exportation de son célèbre véhicule aérien de combat sans pilote» en négociant des accords avec l’Éthiopie

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes