Les espoirs piétinés de la révolution libanaise

Réservé aux abonnés

Par Sibylle Rizk

Publié
il y a 5 heures, Mis à jour il y a 2 heures

Les familles des victimes de l’explosion au port de Beyrouth, en août 2020, manifestent devant le Palais de justice, le 29 septembre dernier, contre la suspension de l’enquête du juge Tarek Bitar. Elisa Gestri/Sipa USA/SIPA/Elisa Gestri/Sipa USA/SIPA

ENQUÊTE – Blocage des institutions, faillite économique, oligarchie inamovible, attaques contre la justice, émigration massive, retour de la violence armée… Deux ans après les grandes manifestations portant l’espoir d’un Liban débarrassé de son carcan confessionnel, le régime fait payer sa survie au prix fort par la population.

Beyrouth

Deux ans après le début d’un soulèvement populaire d’une rare ampleur, qui a été baptisé «thawra» («révolution» en arabe) par ses acteurs, le moral des Libanais est au plus bas. Seuls 3 % d’entre eux estiment que le pays «va dans la bonne direction», contre 97 % de pessimistes, selon un sondage réalisé par le National Democratic Institute avant l’éruption de violence armée qui a plongé Beyrouth dans la sidération ce jeudi. Les espoirs de Grand Soir nés du mouvement du 17 octobre 2019 ont été piétinés par un pouvoir inébranlable, malgré un bilan qui restera sans doute dans les annales mondiales: l’une des crises économiques et financières les plus graves depuis plus d’un siècle, hors guerre ou catastrophe naturelle ; et, le 4 août 2020 dans le port de Beyrouth, l’une des explosions non-nucléaires les plus violentes à s’être jamais produite ; sans parler de l’incapacité à assurer la paix civile, comme l’ont à nouveau démontré les dernières scènes de guerre en plein cœur de la capitale,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes