Les États-Unis à la rescousse de l’armée libanaise

Washington envisage de verser directement les soldes à la troupe pour maintenir à flot cette institution de plus en plus désertée.

Beyrouth

Alors qu’au Moyen-Orient on se perd en conjectures sur les conséquences du désengagement apparent des États-Unis, la quatrième invitation à Washington du commandant en chef de l’armée libanaise sonne comme la réaffirmation de leur soutien à cette institution. Joseph Aoun, à ce poste depuis 2017, a rencontré le général Mark Milley, chef d’état-major américain, des responsables de la Maison-Blanche et du Pentagone ainsi que des sénateurs et des membres du Congrès. Il a plaidé pour une contribution directe des États-Unis au paiement des salaires et traitements de ses hommes, la solde de base d’un soldat étant tombée à environ 40 dollars, contre 800 avant la dépréciation de la monnaie libanaise, plombée par l’une des crises les plus graves de l’histoire.

Depuis la fin de la guerre de 1975-1990, l’armée a été réorganisée afin de renforcer la mixité confessionnelle. Sa stabilité est considérée comme essentielle, alors que le communautarisme ronge l’État libanais. L’option du soutien financier

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes