les pro-Iran reculent aux législatives

RÉCIT – Le leader nationaliste Moqtada Sadr est arrivé en tête. Les milices pro-Téhéran pourraient fomenter des troubles.

Moyen-Orient.

Outre un taux record d’abstention à presque 60 %, les élections législatives de dimanche ont été marquées par la victoire des candidats soutenus par le puissant leader nationaliste chiite Moqtada Sadr et le recul des ex-miliciens pro-Iran.

Les jeunes – 60 % des 40 millions d’Irakiens ont moins de 25 ans – ne sont pas allés voter, n’attendant rien d’un système politique sclérosé, incapable de leur fournir un minimum de services publics et gangrené par la corruption.

Emprise trop lourde

Si une abstention massive était attendue, la surprise est venue du mauvais résultat des candidats proches du voisin iranien, qui exerce une tutelle sur l’Irak. Une tutelle pesante, déjà rejetée à l’automne 2019 par des milliers de manifestants descendus dans la rue, mais dont la contestation a fini par être étouffée par la répression. La liste des pro-Iran, regroupés dans l’Alliance de la conquête, est passée de 48 sièges dans le précédent Parlement à une dizaine seulement, selon des résultats pas encore complètement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes