les scénarios d’attaques chimiques inquiètent l’Occident

ANALYSE – Alors que les mises en garde se multiplient entre la Russie et l’Ukraine, les états-majors occidentaux redoutent une escalade dans l’emploi d’armes chimiques.

L’alerte a duré quelques heures. Lundi matin, un peu avant 5 heures, le gouverneur régional de Soumy, Dmytro Zhyvytsky, a signalé une «fuite d’ammoniac» dans les installations de l’entreprise Sumykhimprom. Un bombardement d’origine indéterminée serait à l’origine de l’incident. Le gouverneur a conseillé aux habitants de se réfugier dans les sous-sols. L’ammoniac est «plus léger que l’air», a-t-il expliqué.

Moins de trois heures plus tard, l’alerte était levée, mais le doute persistait comme l’angoisse. De source informée, il s’agirait bien d’un accident. L’Ukraine, grand pays agricole, dispose de nombreuses usines d’engrais utilisant de l’ammoniac. Mais depuis plusieurs jours, les Américains mettent aussi en garde la Russie contre l’usage en Ukraine d’armes chimiques, assumé ou non. Leur emploi est internationalement prohibé, mais depuis plusieurs années, le tabou a été brisé par Moscou.

Des airs de déjà-vu

Lundi, le ministère de la Défense russe a démenti avoir frappé une usine chimique. Aussi proche de la…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes