L’Irlande du Nord sous les feux croisés de Londres et de l’Union européenne

DÉCRYPTAGE – Le spectre d’une reprise des «troubles» a été ravivé par le Brexit et la fragilisation de l’accord de Vendredi saint.

Sur certains murs de Shankill, les slogans loyalistes se sont renouvelés. Il y a une autre guerre à mener, la prolongation de celle menée par les anciens. Dans le quartier unioniste qui fait face à celui de Falls, bastion républicain emblématique du conflit, c’est un ennemi de papier que l’on cible et conspue. Ce «protocole» honni, qui menace de creuser le fossé entre l’Ulster et le reste du Royaume-Uni.

Sur un fond de flots azur, une banderole affirme que «Shankill dit non à une frontière en mer d’Irlande». Négocié dans le cadre du Brexit, le protocole nord-irlandais maintient de facto l’Irlande du Nord dans l’union douanière et le marché unique européens. Il s’agit d’empêcher le retour d’une frontière physique sur l’île d’Irlande, qui risquerait de fragiliser l’accord de paix de 1998. Mais il impose de ce fait des contrôles entre la province et la Grande-Bretagne, une rupture de continuité territoriale insupportable pour les militants loyalistes. Une banderole proclame: «L’accord de Belfast

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes