L’opération Barkhane quitte sa base de Kidal

Dans un contexte de tension avec la junte au pouvoir au Mali, l’armée française a commencé la «transformation» de son dispositif.

Barkhane a commencé le transfert de son emprise à Kidal, dans le nord du Mali. Le camp sera remis aux forces de la Minusma, la mission de l’ONU au Sahel, d’ici une dizaine de jours. Une première étape dans la «réorganisation» du dispositif militaire français va être franchie.

«Un dernier convoi logistique est parti mardi à 5 heures, explique le colonel Ianni, porte-parole de l’état-major. Un détachement de Barkhane restera sur place pour conduire les formalités administratives et logistiques.» La Minusma, qui compte 1300 soldats (guinéens et tchadiens) sur place, pourra ensuite disposer du terrain et des infrastructures. Une centaine de soldats français y étaient installés. Barkhane continuera ses missions de «réassurance».

Depuis janvier 2020, l’action au sol de Barkhane se concentre dans la région des Trois Frontières. Kidal, au nord, ne constitue pas un ancrage tactique essentiel. En quittant l’emprise, Barkhane place les forces maliennes (Fama) devant leurs responsabilités.

Bataille du narratif

Chassée par

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 61% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes