Madrid choisit Rabat au Sahara occidental

L’Espagne, qui soutenait depuis 1975 l’autonomie de son ex-colonie, rompt avec la ligne de l’ONU et d’Alger, en encourageant les visées du Maroc.

Madrid

C’est un chassé-croisé parlant. D’un côté, l’ambassadrice du Maroc retourne en Espagne, dix mois après son départ lié à l’hospitalisation dans la péninsule de Brahim Ghali, le chef de file du Front Polisario, le mouvement indépendantiste du Sahara occidental. Et, quasiment en même temps, l’ambassadeur d’Algérie est rappelé pour consultations. Le motif est le même: le soutien inattendu de Madrid à Rabat sur le Sahara occidental.

Dans son ex-colonie, l’Espagne avait toujours, depuis son retrait précipité en 1975, défendu une position de neutralité: ni indépendance, ni souveraineté marocaine, et respect des résolutions de l’ONU. Depuis vendredi dernier, l’Espagne reconnaît au contraire l’initiative marocaine d’autonomie, présentée en 2007, comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend», selon l’extrait d’un message adressé par le président du gouvernement, Pedro Sanchez, au roi du Maroc, Mohammed VI, et rendu public par Rabat.

En une ligne, le dirigeant…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes