menace d’insurrection dans le Nagaland

Cette région instable, située à la frontière avec la Birmanie, est en proie à des troubles, qui pourraient faire le jeu de la Chine face au gouvernement Modi, après une bavure de l’armée ayant fait quinze morts.

New Delhi

Cinq jours après la fusillade de l’armée, les autorités indiennes tentent, tant bien que mal, de calmer les esprits. Mercredi, le ministre adjoint en chef de l’État du Nagaland, Yanthungo Patton, a promis une enquête rapide pour faire la lumière sur les erreurs commises par les militaires durant l’embuscade du 4 décembre: «Une cellule d’enquête spéciale a été créée. (…) Elle a reçu l’ordre de rendre ses conclusions d’ici à un mois», a-t-il déclaré.

Samedi dernier, un groupe de mineurs rentre en voiture dans leur village du district de Mon, dans l’État du Nagaland, après une semaine de labeur dans une mine de charbon lorsque leur véhicule est la cible de tirs d’armes automatiques. Six passagers sont tués, deux autres grièvement blessés. «C’est arrivé si vite. Nous nous sommes tous effondrés sur le sol», a raconté l’un des survivants, Sheiwang, 23 ans, au quotidien The Indian Express. Dans les heures qui suivent, les autorités admettent que les mineurs ont été attaqués par une unité…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes