Meta va créer un « centre opérationnel virtuel » pour la présidentielle française

Aurélien Fleurot, édité par Ugo Pascolo
16h28, le 17 février 2022

Meta va mettre en place un dispositif spécial pour éviter que ses plateformes Facebook, WhatsApp et Instagram ne soient utilisées pour perturber l’élection présidentielle française. Ces outils se font en partenariat avec des journalistes pour apprendre à décoder une information, comprendre d’où elle vient, savoir vérifier si telle affirmation d’un candidat est juste.

En période de campagne électorale, encore plus que d’habitude, les réseaux sociaux sont pointés du doigt à cause de la diffusion de fausses informations. Et Facebook est, en particulier, au centre de ces critiques. Alors pour y répondre le réseau social du groupe Meta, qui a déjà mis en place un dispositif pour diminuer la visibilité des contenus douteux, vient d’annoncer en complément le lancement de plusieurs dispositifs, en partenariat avec des journalistes, spécifiquement pour l’élection présidentielle française.

Des outils pour apprendre à décoder et vérifier une information

L’idée est de proposer différents outils, sur Facebook ou Instagram, pour apprendre à décoder une information, comprendre d’où elle vient, savoir vérifier si telle affirmation d’un candidat est juste. Un dispositif spécifiquement pensé pour la campagne présidentielle française avec notamment une formation gratuite via la messagerie WhatsApp, faite par des journalistes. « Ça consiste en une vidéo tous les jours pendant 10 jours, pour comprendre comment on identifie les théories conspirationnistes, les canulars, les fausses informations pouvant circuler sur Internet », détaille au micro d’Europe 1 Elisa Borry-Estrade, responsable des affaires publiques de Meta en France.

Des petites pastilles qui vont présenter « les principaux outils qui existent, mais également comment faire une recherche inversée, ou encore comment remonter à l’origine d’une photo ».

Une équipe dédiée à la sécurité des élections

Meta va également dédier une équipe à la sécurité des élections, pour observer d’éventuelles ingérences venues de l’étranger.  Les réseaux sociaux savent qu’ils sont attendus au tournant notamment dans leur rôle auprès de ceux qui seront en âge de voter pour la première fois. Longtemps critiqué pour son laxisme, Facebook doit regagner la confiance de ses utilisateurs, dont le nombre a été en baisse pour la première fois l’an dernier.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes