«Mohamed Diab a fait de cette série un ovni»

Dans « Moon Knight », l’acteur le plus en vue du moment incarne un super-héros bipolaire. Pour mieux faire évoluer le genre.

C’est, à en croire l’émotion des fans, LA série Marvel de l’année. Vingt-quatre heures après sa mise en ligne, la bande-annonce cumulait déjà 75 millions de vues. Avec « Moon Knight », la franchise Marvel fait rimer « schizo » avec « super-héros ». Propos inédit. Et paradoxe qui n’est pas pour déplaire à son interprète principal, mi-banal employé de musée, mi-mercenaire sans pitié dans cette quête qui conjugue égyptologie et violence assumée. Une sorte de croisement entre « Fight Club » et « Les aventuriers de l’arche perdue ». Pour Oscar Isaac, le genre entame ici sa révolution : « Je voulais faire de ce personnage un cas à part, explique-t-il. Transformer sa pathologie trop souvent survolée à l’écran en super-pouvoir. Les fictions d’action doivent désormais sensibiliser le grand public à ce type de sujet. »

Avec cette saga, Disney+ s’offre un show radical, et un « action hero » qui puise dans la brutalité de l’époque… quitte à repousser les limites que le mastodonte du divertissement familial s’imposait jusqu’ici. Isaac tempère : « Le résultat est intense, sans qu’on soit dans “Squid Game” ! “Moon Knight” doit beaucoup à Mohamed Diab [le cinéaste égyptien des « Femmes du bus 678 »] : en partant de thèmes réalistes et en imposant son rythme très particulier, il a fait de cette série un ovni. »

La suite après cette publicité

« 

Je ne me serais pas autant investi dans ce projet si je l’avais trouvé foireux

 »

En même temps qu’elle colle à l’actualité, la galaxie des super-héros aspire aujourd’hui les plus grands noms du cinéma : Tom Holland, Robert Pattinson, bientôt Jared Leto et Benedict Cumberbatch… Dans « Moon Knight », Isaac doit combattre un ennemi incarné par Ethan Hawke. Le show marque surtout l’une des dernières performances de Gaspard Ulliel, quelques mois avant son décès, dans le rôle de l’implacable Midnight Man. « Curieusement, nous avions discuté de sa passion pour le ski sur le plateau, se rappelle Oscar. Il disait avoir appris à en faire alors qu’il savait à peine marcher. »

La suite après cette publicité

De « Star Wars » à « Dune », l’Américain d’origine guatémaltèque est devenu incontournable. Lorsqu’il est venu présenter la série « Scenes from a Marriage », à Venise en 2021, un simple baiser à Jessica Chastain, sa partenaire à l’écran, a été vu comme un summum d’érotisme sur tapis rouge. Et sa seule présence est la garantie d’une très large audience. Également producteur de « Moon Knight », Oscar Isaac croit dur comme fer au potentiel de la série : « Je ne me serais pas autant investi dans ce projet si je l’avais trouvé foireux. Le monde des comics vit une époque charnière : ses fans ont grandi, ils sont maintenant aux commandes des studios qui les fabriquent, détournent les principes du genre pour l’ancrer dans une réalité sans fard, au-delà des archétypes. »

Lire aussi. Ethan Hawke, Oscar Isaac à la projection de la nouvelle série Marvel «Moon Knight»

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Nouvelle icône dans l’univers cinématographique Marvel, il tient avec ce personnage sans précédent un formidable objet de propagande pop : « Pour survivre, ce type de saga doit évoluer, s’inventer de nouveaux enjeux. Raison pour laquelle ce rôle compte autant pour moi. »

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes