Moscou pointe les divergences avec l’Otan

Les pourparlers sur la crise ukrainienne se sont poursuivis mercredi à Bruxelles.

Correspondante à Bruxelles

Personne ne s’attendait à une percée dans la résolution de la crise ukrainienne. Mais beaucoup caressaient l’espoir de voir poser quelques maigres jalons d’un futur dialogue lors du Conseil Otan-Russie réuni mercredi à Bruxelles. Si l’on s’en tient aux propos tenus à l’issue de la réunion par le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexander Grushko, c’est raté à ce stade. «Nous avons dit honnêtement, directement, sans détour et sans politiquement correct qu’une poursuite de l’aggravation de la situation peut avoir des conséquences très lourdes et imprévisibles pour la sécurité européenne», a-t-il mis en garde, en pointant les divergences «fondamentales» avec l’Alliance.

C’est sur un éventuel élargissement de l’Otan à l’Ukraine que le représentant russe s’est montré le plus agressif. «On ne laissera pas faire», a-t-il menacé, affirmant que la Russie emploierait les moyens militaires si les discussions politiques devaient échouer. Moscou campe donc sur ses…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes