Moscou rompt les négociations avec le Japon sur les îles Kouriles

Contraint de participer aux sanctions contre la Russie pour conserver le soutien stratégique américain face à la Chine, le Japon a vu la Russie tendre nettement son attitude diplomatique.

Dans le champ diplomatique, le conflit en Ukraine vient de faire une victime collatérale: les négociations russo-nipponnes inabouties depuis des décennies sur le sort des îles Kouriles du Sud revendiquées par le Japon. Moscou a annoncé lundi abandonner les pourparlers, arguant de la «position inamicale» de Tokyo qui s’est signalé en fournissant ces dernières semaines une aide aux Ukrainiens.

La controverse concerne quatre îlots (Khabomai, Iturup, Kunashir et Shikotan) – que les Japonais désignent comme leurs «territoires du nord». Ils ont été occupés en août 1945, durant les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, par l’Armée rouge et cette situation pèse depuis lors sur les relations entre les deux pays qui, faute d’un traité de paix, restent formellement en guerre. «La Russie n’a pas l’intention, dans les circonstances actuelles, de poursuivre les négociations avec le Japon sur un traité de paix», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. En cause…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes