Moscou se prépare à lancer ses troupes dans le Donbass

Les militaires ukrainiens s’attendent à une dure et sanglante offensive russe qui devrait démarrer dans les jours prochains.

La veillée d’armes touche à sa fin dans le Donbass. Elle ne fut pas longue, une dizaine de jours tout au plus. Désormais, l’armée ukrainienne dit s’attendre à une offensive russe dans ces deux provinces, objectifs avoués du Kremlin. «Selon nos informations, l’ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l’Est. L’attaque aura lieu très prochainement», a averti lors d’une conférence de presse le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

Les défenseurs redoutent des combats urbains et insurrectionnels meurtriers, longs et dont l’issue dépendra aussi de l’aide occidentale. «Nous ne pouvons pas prévoir quand cela aura lieu exactement, ce sont des informations de sources occidentales», dit-il. Les Russes, après un début de campagne ratée, sont à la recherche de victoires.

Selon les experts, les efforts devraient se porter au sud d’Izyoum, vers Donetsk, avant de concentrer en direction de la Crimée. Faute d’hommes et de matériels, les offensives devraient s’enchaîner une par une. Washington estime d’ailleurs que la préparation devrait prendre encore un peu de temps. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déjà assuré que les opérations militaires ne seraient pas suspendues en cas de pourparlers.

La bataille de Marioupol

Les troupes ukrainiennes renforcent leurs positions en prévision de ce potentiel assaut, creusant de nouvelles tranchées ou minant le bord des routes. La population, elle, tente d’échapper à la bataille qui s’y annonce, prenant la fuite, tandis que les frappes aériennes et les bombardements continuent, meurtriers. On a enregistré 11 morts dimanche à Kharkiv.

L’attaque dépend aussi du sort de Marioupol, où les forces russes progressent très lentement. Dimanche, la zone portuaire est tombée, ont annoncé les séparatistes prorusses. Les derniers soldats ukrainiens s’arc-boutent pour une «ultime bataille» dans cette ville dévastée, assiégée depuis plus de 40 jours. Une lettre ouverte aux Ukrainiens attribuée à la 36e brigade de la marine, qui n’a pas été authentifiée, indique: «Nos munitions s’épuisent (…) Ce sera la mort pour certains d’entre nous et la captivité pour les autres. Nous sommes en train de disparaître lentement.»

À Moscou, Vladimir Poutine a rencontré lundi le chancelier autrichien, Karl Nehammer, premier dirigeant européen à discuter de visu avec le président russe depuis le début de l’agression contre l’Ukraine en février. Le chancelier, après des entretiens à Kiev avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a tenté d’obtenir des corridors humanitaires en Ukraine. «Ce n’était pas une discussion amicale», a expliqué, lundi, la chancellerie dans un communiqué. Vienne entendait expliquer à Vladimir Poutine qu’il «isole la Russie, qu’il va perdre cette guerre sur le plan moral, et qu’il fait tout ce qu’il ne faut pas faire», a précisé le ministère des Affaires étrangères.

À VOIR AUSSI – L’armée ukrainienne est «prête» à faire face à une attaque russe imminente, d’après son porte-parole

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes