Nucléaire iranien, les pots cassés

LETTRE EXCLUSIVE ABONNÉS – Un regard à 360° sur la scène internationale, par Philippe Gélie.

Chers abonnés,

Alors que les négociations sur le programme nucléaire iranien risquent de tourner court, la gestion de ce dossier apparaît comme un cas d’école d’impulsivité diplomatique et de mauvais calculs aux conséquences désastreuses.

Le nouveau négociateur en chef iranien, Ali Bagheri Kani, quitte le Palais Cobourg où se déroulent les négociations nucléaires à Vienne, le 3 décembre dernier. JOE KLAMAR / AFP
Nucléaire iranien, les pots cassés

Impasse. Les discussions entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne, ont repris le 29 novembre à Vienne. Les représentants américains ne sont pas physiquement dans la pièce, les Iraniens refusant de leur parler directement depuis le retrait de l’accord passé en 2015, décidé trois ans plus tard par Donald Trump. Ce sont donc les Européens qui font la navette entre les deux interlocuteurs principaux de la négociation.

Une interruption de cinq mois due à l’élection présidentielle en Iran a fait reculer la perspective d’un accord. Ranimer le JCPoA (« Plan d’action global commun ») de 2015 semblait à portée de main en juin dernier, mais l’élection à la présidence d’un mollah radical, Ebrahim Raïssi, a tout

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes