Osman Kavala, cet ennemi que s’est choisi Recep Tayyip Erdogan

DÉCRYPTAGE – Le sort du mécène et philanthrope turc, emprisonné sans jugement depuis quatre ans, inquiète les diplomates et le Conseil de l’Europe.

Une chaise vide au cœur d’un tribunal ultrasécurisé. À procès absurde, réponse symbolique: ce vendredi 26 novembre, Osman Kavala n’était pas à l’audience du palais de justice du quartier de Çaglayan à Istanbul. Sa façon, souffle un de ses proches, de protester contre sa détention arbitraire qui dure depuis plus de quatre ans: «À quoi bon continuer à cautionner cette parodie de justice? Ce procès n’a rien à voir avec la justice. Ce procès, c’est l’histoire d’un citoyen turc pris en otage par le président Erdogan!» C’est donc en son absence que le tribunal a décidé de maintenir encore Osman Kavala en prison jusqu’à une nouvelle audience fixée au 17 janvier.

Rien ne prédestinait l’homme d’affaires fortuné de 64 ans, très en vue dans le milieu culturel, à finir au fond d’un cachot de la prison de haute sécurité de Silivri. Petit-fils d’un commerçant en tabac du district de Kavala, en Grèce – arrivé en Turquie en 1923 lors de l’échange de populations entre les deux pays -, il fait des études

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes