Périscope N° 73 : La troisième guerre d’Ukraine

LETTRE EXCLUSIVE ABONNÉS – Un regard à 360° sur la scène internationale, par Philippe Gélie.

Chers abonnés,

Les forces russes ont lâché leur proie de choix : Kiev ne tombera pas entre leurs mains, le président Zelensky ne sera pas traîné à Moscou pour y être jugé comme un « nazi », la Russie n’assujettira pas l’ensemble de l’Ukraine. Que peut-il se passer maintenant ?

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, découvre les massacres commis par les forces russes à Boutcha, dans la banlieue de Kiev, le 4 avril 2022. RONALDO SCHEMIDT / AFP
La troisième guerre d’Ukraine

Deuxième essai. Il y a déjà eu deux guerres d’Ukraine : celle de 2014, qui a vu Moscou annexer la Crimée et se tailler deux mini-républiques vassales à Louhansk et Donetsk, dans le Donbass. Vladimir Poutine semble avoir cru, à l’époque, que le « gel » de ce conflit à l’est suffirait à déstabiliser l’ensemble du pays, à le rendre « indésirable » aux yeux de l’UE et de l’Otan et à enseigner à ses dirigeants la prudence et le respect envers le grand frère russe. Mauvais calcul : la Russie a au contraire fait office de repoussoir et Kiev s’est rapprochée de l’Otan au point de se comporter comme un de ses membres, sans en faire partie. D’où la deuxième guerre, déclenchée le 24 février dernier

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes