Positif au Covid, Maxime Prévot livre un plaidoyer pour la vaccination obligatoire (Namur)

Maxime Prévot sera contraint d’assister au conseil communal de ce mardi soir en spectateur, chez lui.

Jacques Duchateau

Le bourgmestre de Namur a été « rattrapé par ce satané virus », comme il l’explique sur sa page Facebook.

Ce mardi en fin de matinée, le bourgmestre cdH de Namur a annoncé via Facebook qu’il était positif au Covid. « Mon épouse et moi faisons partie des 900 personnes testées hier par Gamena (le Cercle des médecins généralistes de namur, NDLR) dont 30% de cas positifs sur cette seule journée! », précise Maxime Prévot.

Le bourgmestre se dit tranquille quant à son état de santé: « Au-delà des symptômes que nous ressentons depuis quelques jours, je suis surtout rassuré de me dire que grâce à la vaccination, le Covid devrait finalement avoir peu de prise sur nous ». Avec pour conséquence positive, souligne-t-il, que son couple ne devrait pas « mobiliser les unités de soins intensifs au détriment d’autres urgences » ni contribuer « au report d’opérations plus délicates ou de traitements lourds qui se voient postposés en raison de l’encombrement des lits hospitaliers par des personnes ayant jusqu’à présent refusé la vaccination ou parce que le personnel soignant, sur les rotules, se raréfie. »

Convaincu par la vaccination obligatoire

Le président du cdH livre ensuite un plaidoyer politique sur l’importance de la vaccination, qu’il conçoit obligatoire pour la population adulte: « Je conçois que l’on puisse avoir des questions voire des réticences sur la vaccination. Mais à un moment, pour éviter une hystérisation de la société, un report de la reprise de la vie économique, des contraintes supplémentaires pour nos jeunes à défaut de parvenir à vacciner suffisamment les adultes, une discrimination exacerbée entre les gens et les secteurs, des tensions sur le terrain qui vont crescendo, je reste personnellement convaincu qu’il faut à présent envisager la vaccination obligatoire pour les adultes n’ayant pas de contre-indication médicale. Un débat parlementaire devrait pouvoir s’ouvrir. La liberté individuelle n’est jamais absolue. La liberté n’a de valeur que si elle peut être partagée. La liberté et la santé du plus grand nombre ne sauraient continuer d’être impactées par les réfractaires. Je les invite à ouvrir un dialogue apaisé avec leur médecin généraliste, médecin de proximité et de confiance par excellence, afin de franchir le cap de cette vaccination indispensable, et atteindre ainsi un seuil maximal de personnes immunisées. »

Absent du conseil communal

Contacté par téléphone en début d’après-midi, Maxime Prévot explique souffrir de maux de tête, de symptômes grippaux et d’un état de fatigue. Il a toutefois présidé la réunion du collège communal de ce mardi matin, qui s’est déroulée en visioconférence. Il ne pourra en revanche pas participer au conseil communal de ce mardi soir. L’assemblée a été convoquée pour une séance en présentiel, et il est légalement impossible de basculer à la dernière minute vers une réunion à distance. « Pour la première fois en 15 ans, je ne serai pas au conseil communal de Namur, dit-il. Je le suivrai de chez moi, en spectateur, et sans doute en rongeant mon frein! » Les réponses aux questions orales de la minorité qu’il a rédigées seront lues par la première échevine, Patricia Grandchamps (Écolo)

Dans les prochains jours, Maxime Prévot suivra la gestion de la Ville à distance et restera en contact avec ses collaborateurs par mail et téléphone. Pour l’inauguration du NID, prévue à la Confluence ce mercredi, il interviendra via un message vidéo préenregistré.

Les premiers symptômes ayant apparu vendredi dernier, il restera en quarantaine jusqu’à lundi prochain inclus. Le bourgmestre de Namur espère donc reprendre pleinement du service dès le mardi 23 novembre.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes