Poutine et Loukachenko avancent sur le chemin de l’union, non sans arrière-pensées

Les dirigeants russe et biélorusse ont approuvé jeudi 3 novembre un plan de rapprochement de leurs économies.

De notre correspondant à Moscou

Symboliquement, c’est le 4 novembre, jour de l’«unité nationale» en Russie, que Moscou et Minsk ont choisi de franchir une étape significative sur la voie de leur «intégration» économique. Un véritable serpent de mer, en discussion depuis plus de vingt ans, et qui illustre la proximité, mais aussi toute la méfiance réciproque, entre ces deux «meilleurs alliés», Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko. Ce dernier se réjouissait d’accueillir le président russe, pour son premier voyage à Minsk depuis juin 2019. Las, c’est finalement par vidéoconférence que se sont parlé jeudi les deux dirigeants, officiellement en raison du Covid, à moins que le maître du Kremlin n’ait pas voulu faire à son «ami» Loukachenko la fleur d’une visite à domicile.

Selon Moscou, il s’agit de «confirmer un paquet de documents importants sur l’intégration», ainsi qu’une doctrine militaire et une politique d’immigration communes. Sur le papier, la liste des vingt-huit points gravés dans

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes