que vaut le premier restaurant immersif de France?

CRITIQUE GASTRONOMIQUE – Dans l’ambiance morne du quartier, l’établissement semble céder aux petites sirènes de son titre en offrant au curieux une expérience édulcorée… De quoi tester la tendance sans trop se mouiller.

Sans en faire tout un fromage, hors les combats, loin des moralines et des idéologies, le restaurant croit à la théorie des genres. S’y plaît, s’y complaît et nous de le suivre selon qu’il verse dans le bouchon ou la brasserie, qu’il penche mode ou grand style, qu’il cause izakaya ou trattoria. Certains ont le privilège de durer (l’éternel bistrot), certains se font la malle (le self, sans regret), les uns fleurissent (du kebab au bao bar) quand d’autres s’effacent (bye bye buffet de la gare). Tous, en forme ou à la peine, nous disent un peu de l’époque. Une sociologie les pieds sous la table qui intrigue un peu plus lorsqu’un nouveau genre émerge.

Chose rare et chose faite pour quelques mois au bout du fond du 13e, avec la première apparition parisienne du restaurant dit immersif. Lequel fait florès en Asie et se raconte en repaire multisensoriel où la salle la ramène sur l’assiette en convoquant effets spéciaux, son, lumière, odeur, toucher. De ce côté-là, à Shanghaï, le chef Paul Pairet…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes