Qui sont ces influenceurs vins qui agitent Instagram ?

Les influenceurs vin peuvent dire merci au confinement ! C’est en effet en mars 2020 qu’ils sont devenus, pour de nombreux vignerons, le seul point de contact direct avec le marché. Les envois de bouteilles en échange de post ou de stories, en particulier sur Instagram, se sont multipliés. Tout comme les dégustations en live. Depuis, la tendance n’a cessé de se confirmer et commence à se professionnaliser. 

Qui sont les influenceurs ? 

Sur Instagram, ils s’appellent Rouge aux Lèvres (35 000 abonnés), Sipmygrape (34 100 abonnés), Dalkia loves wine (18 900 abonnés) Antoine Bac (17 300 abonnés,) Ermitage78 (16 500 abonnés), Wine Poetry (10 700 abonnés) ou Les Vins du Capitaine (10 400 abonnés). La plupart ne vivent pas de cette activité, qui leur permet de compléter leurs revenus professionnels. D’autres privilégient l’échange de bons procédés avec les vignerons. Ils ne sont pas, ou rarement, rémunérés mais ont ainsi accès à des vins et des événements.

Laurent, alias les Vins du capitaine a été beaucoup sollicité en décembre, «un mois pendant lequel les domaines ont besoin de montrer de beaux produits, explique-t-il avant de préciser pour l’instant, je n’ai jamais été payé. C’est pour cela que je suis libre de ce que j’écris, si je n’aime pas un vin, je ne le poste pas». Il existe cependant des influenceurs moins regardant, capables de survendre un vin dans le cadre d’un post sponsorisé. Ceux-là risquent de ne pas faire carrière, car une communauté est basée sur une relation de confiance… Les influenceurs sérieux que nous citons dans cet article, sont tous auteurs de descriptions de qualité, et se sont souvent formés au vin et à la dégustation.

» À LIRE AUSSI : Champagne : les 50 marques championnes des réseaux sociaux

Pourquoi solliciter un influenceur ? 

Pour Rémi Monteillet du Domaine de Montine (appellation Grignan-les-Adhémar) qui a déjà fait venir des influenceurs chez lui, «la nouvelle génération de vignerons est à l’aise avec les media numériques, ce qui a permis de désacraliser la consommation et la promotion des vins. Celle-ci n’est plus réservée à des pros. Mais attention, les influenceurs et les media se complètent sans s’exclure». Madeleine Herbeau, du Château Barbebelle (Coteaux-d’Aix-en-Provence) ajoute : «Lorsque nous envoyons gracieusement une bouteille en échange d’un post, c’est une méthode pour gagner en visibilité et c’est plus moderne qu’une communication avec des affiches, par exemple, ou de la publicité pure et dure. Cela nous permet de toucher un public plus jeune, qui ne l’est pas par des campagnes de publicités classiques». 

Qui fait appel aux influenceurs ? 

Laura Bounie, directrice de clientèle RP & Influence à l’agence SoWine explique : «Qu’importe la taille du domaine. Il doit être présent sur les réseaux sociaux et cibler les consommateurs qui s’y trouvent. Pour les vins les plus chers qui s’adressent à des connaisseurs souvent plus âgés, l’influence n’est pas une priorité mais cela peut être important pour l’image et le recrutement de nouveaux consommateurs». La preuve avec Estelle, alias Cestmadamequichoisitlevin (8700 abonnés) qui a été rémunérée par le Groupe Bernard Magrez (Château Pape Clément, Château Fombrauge, Château la Tour Carnet…) pour amplifier un évènement : «J’ai créé post et story dix jours avant une masterclass, puis sur place, en live. On fait appel à moi pour ce genre d’opérations, ou pour rédiger une note de dégustation».

Combien coûte un influenceur ? 

Côté tarifs, certaines agences média ont tenté de mettre en place des grilles tarifaires. En réalité, il n’y a aucune règle, c’est à chaque opération du sur mesure. D’après plusieurs sources, le post Instagram se situe entre 150 et 250 euros hors taxe pour un influenceur aux alentours de 10 000 abonnés, mais ces tarifs peuvent varier du simple au triple. En effet, après la qualité des photos et des textes, le critère le plus important est le taux d’engagement de la page d’un influenceur : comprenez le ratio entre le nombre d’abonnés et les interactions (like ou, encore mieux, commentaires) sur le post. Pour des opérations globales comprenant un déplacement dans un domaine, un post, des stories et un concours, les influenceurs les mieux rémunérés demanderaient et obtiendraient 2 à 3000 euros. 

Les influenceurs font-ils vendre du vin ? 

Difficile voire impossible de mesurer l’impact sur les ventes de bouteilles. Qu’importe, les vignerons sont à la recherche de leur spontanéité qui booste la notoriété et soigne l’image des domaines. «Les influenceurs sont proches du public, ils sont en immersion, les follower ont le sentiment de mieux nous connaître grâce à eux. Suite à une opération avec Rouge aux Lèvres organisée par le Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP), beaucoup de gens nous ont suivi sur les réseaux sociaux, et notamment Instagram». conclut Madeleine Herbeau du Château Barbebelle. 

La rédaction vous conseille :
» Dom Pérignon s’offre une collaboration avec Lady Gaga : 100 bouteilles disponibles en avant-première sur un pop-up digital
» Le champagne, enfin décomplexé
» Consommez décomplexé ! La tendance des vins légers

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes