Qui sont les Seigneurs de Saint-Émilion

Ce sont des histoires entremêlées comme les vrilles de la vigne. Des récits qui racontent la France depuis des siècles. Une succession de hauts faits et de chutes, de scandales et coups d’éclat. Mariages, enterrements, mésalliances, naissances. Noms, blasons et chevalières se transmettent de génération en génération dans les familles historiques de Saint-Émilion.

» A LIRE AUSSI : A Bordeaux, Gérard Perse invite à «valoriser Saint-Émilion »

Propriétaires d’un ou de plusieurs vignobles parmi les 18 premiers grands crus classés de l’appellation, ces clans veillent sur des domaines exceptionnels, tous situés au plus près de la cité médiévale qui trône sur son promontoire rocheux. Telle une couronne autour de la ville, ils font partie pour la plupart des paysages viticoles dont la beauté leur a valu d’être classés au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco en 1999.

Mais si depuis les Romains les vignerons ont façonné et chéri ce terroir calcaire, le prix toujours croissant du foncier menace les nouvelles générations qui livrent bataille pour préserver et continuer à transmettre à leurs descendants, ces trésors viticoles familiaux. Parfois, à leur meilleur, parfois, en sommeil, les domaines ancestraux sont, comme les familles, soumis à des cycles. Ainsi en va-t-il aussi de l’héraldique, «clé de l’histoire de France», disait le poète Gérard de Nerval. Ancêtre du logo, ce langage imagé, codifié et poétique fut considéré, à tort, comme synonyme de «vanité nobiliaire ou d’entre-soi», explique l’historien et médiéviste, Michel Pastoureau (L’Art héraldique au Moyen Âge, Seuil). Il était tombé en désuétude dans les années 1960. À nouveau en majesté sur les étiquettes de ces jus majestueux, les armoiries en garantissent l’identité et le savoir-faire perpétué.

Quel sera le nouveau classement des meilleurs crus de Saint-Émilion ? 

En 2022 et, comme tous les dix ans depuis 1954, un nouveau classement des meilleurs crus de Saint-Émilion viendra rebattre les cartes sur l’appellation. Si deux domaines d’exception, château Ausone et château Cheval Blanc ont choisi de ne plus s’y confronter, pour la majorité des propriétés cette émulation est salutaire. À chaque décennie, à l’image des chevaliers protégés derrière leur heaume, les propriétés se mesurent pour maintenir leur blason en haut de l’affiche. Et, que leur nom demeure.

La rédaction vous conseille : 
» Vin de Bordeaux : à Saint-Emilion, le charme discret de Château Berliquet
» Ormiale, la cuvée grand écart de Fabrice Domercq et Jasper Morrison
» Enchères historiques : deux rives à l’encan par Chanel

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes