René Redzepi, un rêve danois

PORTRAIT – Ce fils d’immigré albanais a décroché il y a un mois sa troisième étoile au Michelin et vient de voir son restaurant Noma consacré une nouvelle fois «meilleur restaurant du monde».

Mardi 5 octobre, à Anvers, lors de la cérémonie de remise des prix des 50 meilleurs restaurants du monde, The World’s 50 Best Restaurants, René Redzepi, 43 ans, fils d’un chauffeur albanais et d’une femme de ménage danoise, exulte: ce chef à la création débridée, héraut de «la nouvelle cuisine danoise», vient de grimper une nouvelle fois sur le podium. Et de décrocher une récompense de plus pour son restaurant Noma fleuron de la cuisine nordique installé à Copenhague. Après avoir reçu en septembre sa troisième étoile au Guide Michelin, il a donc remporté, un mois plus tard, son cinquième titre de meilleur restaurant du monde. «C’est fantastique. Pourtant je ne nous vois pas comme le meilleur restaurant du monde, mais plutôt comme la meilleure équipe», forte de 79 collaborateurs de 20 nationalités, précise-t-il. Petit prince viking, «fier» de ses origines, Redzepi a placé la cuisine nordique sur orbite dans la gastronomie internationale et installé Copenhague comme une destination culinaire

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes