sous-estime-t-on la puissance de l’armée russe à cause de la guerre de l’information ?

ENTRETIEN – L’émotion suscitée par la guerre, les sources d’information limitées côté russe et les réseaux sociaux donnent une image biaisée du conflit, explique le général (2S) Olivier Kempf.

Olivier Kempf, directeur du cabinet stratégique La Vigie, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et Général (2S) de l’Armée de Terre est spécialiste des questions de stratégie militaire et analyse de près l’évolution de la guerre en Ukraine.

LE FIGARO. – On observe une dissonance entre les analyses militaires, qui confirment malgré tout l’avancée de l’armée russe en Ukraine, et les réseaux sociaux qui donne l’image de militaires russes à l’agonie face à la résistance ukrainienne. Comment l’expliquer ?

Olivier KEMPF. – Les réseaux sociaux nous mettent en liaison avec deux sortes de sources : notre club de relations numériques d’une part que nous choisissons la plupart du temps par affinité et qui fait qu’un certain nombre de commentaires ne semblent pas apparaître dans notre flux d’information ; le déluge d’informations sur le déroulement du conflit d’autre part lié à l’émotion suscitée par cette guerre. Tout ceci entraîne une caisse de résonance générale…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes