Spirit of Abalone, le premier gin au monde infusé à l’ormeau

C’est au détour du premier confinement que Cristian Ielo et son fils Diego (photo) ont eu l’idée de joindre la fraîcheur poivrée des baies de genièvre à la délicatesse suggestive d’un noble mollusque. Vénéré en Asie, l’ormeau – ou abalone – se trouve être une espèce endémique de la rive côtière de Catane, en Sicile, où la famille de Cristian a élu domicile. Il leur faudra près d’un an d’expérimentations pour faire naître l’étonnante boisson : un gin iodé aux contours salins, savant mélange de baies, d’ormeau infusé et d’une eau cristalline puisée sur les hauteurs des monts Péloritains, dont la recette est aujourd’hui jalousement brevetée. Une reconversion de taille pour son audacieux créateur, après deux décennies passées dans le milieu de la mode et une autre dans celui de la crème glacée.
Encore confidentiel, le curieux breuvage vendu pour la coquette somme de 98 euros n’est pour l’instant distribué qu’en Italie – et encore, seulement à Milan – ainsi qu’au Japon, où il rencontre déjà un succès fulgurant. 

» À LIRE AUSSI : Que servir avec un gin ? Nos meilleurs accords mets-gin

Prochaine étape : la précieuse Hongkong. Car Cristian Ielo et ses deux associés n’ont que faire du nombre de bouteilles écoulé sur le marché : «Notre cible n’a jamais été le grand public, mais davantage les hôtels de luxe, tables étoilées et autres prestigieux bars à cocktails». Avec une réputation qui a déjà traversé l’Atlantique. Récemment, Abalone est devenu l’un des nectars favoris de la chef rebelle aux trois macarons Michelin, Dominique Crenn ; elle n’hésite pas une seconde à le suggérer en accord sur quelques lichettes de caviar. Un gin haut de gamme au snobisme assumé, donc, et auquel on ne saurait joindre un vulgaire tonic : «Contrairement aux gins classiques, celui-ci est avant tout exceptionnel seul, ou pourquoi pas en dry Martini», poursuit Christian. Bu froid ou à température ambiante, voire en version frappée, sa teinte fauve change en fonction des degrés, tout comme l’intensité marine de ses délicats arômes. Au nez, une pureté d’embruns à vous donner des envies de bain de mer et d’aventura, avant une déferlante aux courbes salines, à réchauffer quelques secondes dans le creux de la langue. 

Spiritofabalone.com

La rédaction vous conseille :
» Les gins français jouent la carte du bio et du local
» Le démarrage tonique du gin français
» Du gin, des huîtres et de l’air du temps

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes