Témoignage d’une infirmière namuroise: « Une 5e vague, ce serait le coup de grâce »

Infirmière aux soins intensifs dans un hôpital de la province de Namur, elle témoigne sous le couvert de l’anonymat de la situation en interne. Avec 25% du personnel manquant, c’est de plus en plus tendu. Si un plan catastrophe devait être déclenché pour d’autres interventions, ce serait… la catastrophe.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes