Un mathusalem de Romanée Saint-Vivant 2009 vendu 85.000 euros… pour la bonne cause

Quand il s’agit de faire œuvre de charité, les prix des grands crus s’affolent. Vendredi 19 novembre, un dîner – vente aux enchères de vins de prestige orchestré par Arcurial au profit de la fondation One Drop, était organisé au Pavillon Dauphine (Paris 16), sous la houlette de Laurent Dassault*, d’Alain Ducasse, et de Guy Laliberté, le fondateur de cette ONG qui finance l’accès à l’eau potable dans 11 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. One Drop mène aussi des actions pour éduquer les habitants aux règles d’hygiène et à l’entretien des infrastructures afin de les rendre pérennes.

Impossible de citer toutes les vedettes du catalogue de vente… Il y avait ce soir-là – entre autres pépites – un rarissime flacon de Montrachet 2016, «l’Exceptionnelle vendage des sept domaines», un double magnum de Cheval-Blanc 1921, un mathusalem de Musigny 2000 du domaine Jacques-Frédéric Mugnier, un double magnum de Pomerol Le Pin 2009… Les choses sont devenues très sérieuses avec le mathusalem de Romanée Saint-Vivant 2009, du domaine de la Romanée-Conti. Deux prétendants se sont livrés à un beau mano-à-mano avec pour acquérir ce fameux jus qui n’est plus commercialisé depuis 2008. Finalement, le plus offrant a remporté la bagarre en levant la main à 85.000 euros. Au total, les 33 lots ont rapporté somme de 480 000 euros à l’ONG.

» A LIRE AUSSI : Sotheby’s inaugure ses ventes viticoles en France avec le Domaine de la Romanée-Conti

La générosité des acheteurs a impressionné Garou, le maître de cérémonie de la soirée, grand amateur de vins de Bourgogne. «J’aurais bien aimé avoir le Saint-Vivant dans ma cave», s’enthousiasme le chanteur. «Ou même l’un des Côtes-Rôtie (le Domaine Guigal a mis à disposition un lot de 12 flacons, NDLR)». 
 
Les convives qui n’ont pas remporté d’enchère ont quand même profité d’un menu préparé par les équipes d’Alain Ducasse, et de merveilleux vins, en particulier un Gevrey Chambertin 1er cru Lavaux Saint Jacques 2017, du domaine Faiveley. Un pinot noir délicat, jonglant avec une infinie précision entre les arômes de fruits noirs et de cuir.

*Membre du conseil de surveillance du groupe Dassault, propriétaire du Figaro.

La rédaction vous conseille : 
» Aubert de Villaine, Domaine de la Romanée-Conti : «J’espère avoir réussi à faire vivre cet héritage»
» Romanée-Conti : le millésime 2020 dégusté en avant-première par le Figaro Vin
» Mythe des mythes, la Romanée-Conti

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes