Un sacré Rosé du Domaine de la Bénisson-Dieu

Avec un nom de domaine à vous faire rentrer dans le désordre, voilà un rosé à ne boire que hors saison, par pur Saint-Esprit de contradiction. Si Régis et Aude-Reine Anouil ont raté à un «h» près l’homonymie avec l’illustre auteur d’Antigone (mais aussi de La Culotte), ils auront au moins réussi à produire ce pur gamay Saint-Romain à la robe couleur soutane d’été un brin transparente, avec un bouchon ciré de rose, au nez dense et généreux comme le sang du christ. Pour davantage d’intensité, il faudra aller se frotter aux rouges, et notamment ce Laudato si’ sans filtre et sans sulfite.

Au départ, un changement de vie, et une installation dans un écohameau ligérien adossé aux monts de la Madeleine, au milieu d’étendues de forêts, de troupeaux de charolaises broutant gaiement l’herbe grasse, et de parcelles de vignes enracinées dans les sols granitiques de la Côte Roannaise. Cultivées en agriculture biologique, ces dernières se sont vues fraîchement ceintes d’une enveloppe de fruitiers, et accueilleront bientôt une véritable ménagerie composée de poules, moutons et cheval de trait, histoire de travailler le sol avec la douceur d’un psaume.

Rosé 2019 : 17 €. Domaine de la Bénisson-Dieu

» A LIRE AUSSI : Rosé Primeur, la cuvée été indien du Clos des B

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes