une tragédie qui fascine et attire

VU D’AILLEURS – Depuis trois semaines, un volcan se déchaîne sur l’île canarienne de La Palma ; 6000 personnes ont déjà dû quitter leur domicile. Mais le tourisme de catastrophe a aussi ses bons côtés. Nous vous offrons une petite visite.

Par Sebastian Gubernator (Die Welt)

Jonás Pérez manœuvre son minibus sur les routes sinueuses de La Palma, et plus il avance, plus le monde qui s’offre à ses yeux derrière son pare-brise ressemble à un film catastrophe. Des policiers se tiennent devant les barrages routiers, l’air est gris. Jonás nous fait signe de regarder par la fenêtre.

À cinq kilomètres de là, une gigantesque colonne de fumée s’échappe d’une montagne. Malgré la distance, elle a des allures particulièrement menaçantes. «Cette montagne », explique Jonás, «n’était pas encore là il y a quinze jours.»

Jusqu’au 19 septembre, tout était calme ici. Puis un volcan est entré en éruption sur l’île canarienne de La Palma, et depuis, il ne cesse de cracher des morceaux de roche, des cendres et de la fumée dans les airs. Des flots de lave brûlants s’écoulent le long du versant du volcan et continuent leur course jusqu’à la côte. Plus de 1000 bâtiments ont été détruits, 6000 personnes ont été mises en sécurité. Heureusement, il n’y a

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes