Vins, bières, rhum… Le CBD s’invite dans nos verres

Attention, rien à voir avec le THC (tetrahydrocannabinol), la substance psychoactive du cannabis qui reste interdite. Le CBD, abréviation de cannabidiol, est autorisé à condition que la teneur du produit fini soit inférieure à 0,2 % de THC. Des producteurs n’hésitent plus à faire mention de CBD sur l’étiquette de leur bière, de leur vin ou de leur rhum. Si ses effets apaisants et relaxants sont reconnus, sa consommation n’induirait cependant aucune addiction.

» À LIRE AUSSI : Boire et déboires: quelles ont été les boissons les plus insolites de l’année ?

À Aix-en-Provence, Sébastien Genre, cofondateur de Canabiera, a lancé sa bière au CBD il y a déjà deux ans. « Nous avons voulu répondre à une demande de nos distributeurs, cavistes et magasins bio, et nous cultivons notre chanvre à Aix, en bio, sans procédé mécanique pour faire baisser le taux de THC », explique le jeune homme, qui s’est associé à un brasseur local pour produire une bière blonde dans laquelle macèrent des fleurs de chanvre, en attendant une brune et une blanche. Un produit haut de gamme, puisque le pack de six bouteilles coûte une quarantaine d’euros sur la boutique de vente en ligne de l’entreprise. Chez Saka Spirits aussi, c’est pour répondre à une demande des consommateurs de la marque et de ses distributeurs que la jeune entreprise, installée à Port-Saint-Père près de Nantes, lance un rhum au CBD. « Non au chanvre, insiste Cléa Fougère, chef de projet. Nous utilisons des fleurs, produites localement en bio, que nous faisons macérer avec des fleurs de Brède mafane, elles aussi produites localement en bio». Le rhum Mafana associe ainsi un rhum ambré de République dominicaine à du miel de Dordogne et du sucre de canne, tous les deux bio, et à une teinture-mère de fleurs de chanvre. « La Brède mafane apporte un pétillement naturel à notre rhum et le chanvre donne une couleur vert foncé originale et un profil aromatique très original, ajoute la jeune femme. Nous sommes sur le segment des rhums botaniques encore peu développé ». Pour assurer la production d’un premier lot, Saka Spirits a lancé une souscription en prévente sur KissKissBankBank, en attendant d’avoir la capacité de production nécessaire pour alimenter son réseau de cavistes et de particuliers.

Raphaël De Pablo a, lui, commencé par produire du chanvre vendu en pharmacie pour un usage thérapeutique avant de se souvenir d’un vin au CBD à plus de 300 dollars commercialisé au Canada. Grâce à la production de chanvre de sa ferme située en Sud Gironde, et suite à la rencontre avec un producteur du Médoc, est né Burdi W. (pour Burdigala Weed), le premier vin français (ou plutôt boisson aromatisée à base de vin) au CBD. Un projet qui a suscité de nombreuses menaces et convocations auprès de plusieurs administrations, mais qui a aussi retenu l’attention d’œnologues de renom dont Michel Rolland et Alain Raynaud. Réalisé à base de petit verdot et de chanvre, le Burdi W. « ne se boit pas avec une côte de bœuf, mais plutôt à l’apéritif, souligne Raphaël De Pablo. On retrouve les notes de cassis, typiques du cépage, avec le côté herbacé et floral de la plante». Si le millésime 2020 est presque épuisé, le prochain est en préparation, ainsi qu’un rosé, qui sera disponible au printemps 2022.

La rédaction vous conseille : 
» Covid-19 : un an après, un marché de la bière qui navigue en eaux troubles
» On a goûté… les bières « milkshakes »
» Au Liban, quand la vigne supplante le cannabis

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes