Vostochny, le rêve spatial de Poutine pour remplacer Baïkonour

REPORTAGE – Lancé en 2007, le développement de ce centre spatial en Extrême-Orient russe n’a cessé d’être entravé par les affaires de corruption et l’accumulation des retards. L’agence spatiale Roscosmos y a toujours de grandes ambitions.

Envoyé spécial à Vostochny

Dans un grondement tellurique, la fusée Soyouz-2.1b s’arrache lentement du sol et déchire la nuit noire de l’Extrême-Orient russe. Depuis le site d’observation de Vostochny, sur une colline distante de moins de deux kilomètres du pas de tir, impossible de distinguer précisément l’engin de 300 tonnes qui décolle pour placer en orbite basse trente-six satellites de communication de la constellation OneWeb. On voit seulement une boule incandescente, une fournaise gorgée de propergol, qui s’élève durant de longues minutes avant de disparaître, laissant dans le ciel d’encre de longues traînées laiteuses en forme de méduse géante. C’est le spectaculaire phénomène des nuages lumineux anthropiques bien connu des spécialistes. Il est 18 h 40. «Cinq cents mètres, trajectoire normale…», crache le haut-parleur sur la plateforme où sont massées les caméras des télévisions russes.

Le 14 octobre dernier avait lieu le sixième lancement commercial d’un Soyouz depuis Vostochny (oriental,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes