Xi Jinping, la quête du pouvoir absolu

RÉCIT – Lancé lundi, le plénum du PCC doit préparer le pays à une «nouvelle ère» à l’image du numéro un chinois.

Correspondant en Asie

De l’intrigue, du suspense, et des accusations sulfureuses. Un inhabituel parfum de scandale plane sur la réunion feutrée des caciques du Parti communiste chinois (PCC) qui s’est ouvert lundi à Pékin, et qui doit décider de l’avenir de Xi Jinping à la tête de la deuxième puissance mondiale. La championne de tennis Peng Shuai a pris de court la propagande en accusant l’ancien vice-premier ministre, Zhang Gaoli, de l’avoir violée, le 2 novembre, lançant des accusations sans précédent contre un ex-membre du comité permanent du Politburo, le saint des saints du régime communiste.

La vainqueur en double de Roland-Garros a semé la stupeur en révélant sa relation sulfureuse sur la messagerie Weibo, avant d’être rattrapée par la grande armée des censeurs, qui ont rapidement effacé son post explosif, en vingt minutes. Tous les mots-clés permettant de remonter la trace de ce scandale d’alcôve, et même l’existence numérique de la star du tennis sont méthodiquement supprimés sur

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes